Inframonde. chap. 02-04 . Le seuil de du printemps - Surface Section uniquement dédiée au jeu

Avatar de l’utilisateur
Etmer_Fachronies
Messages : 558
Inscription : 31 mars 2016, 21:07
Localisation : Tour des Murmures, en Fachronies

Re: Inframonde. chap. 02-04 . Le seuil de du printemps - Surface

par Etmer_Fachronies » 03 août 2019, 16:56

Yardan sourit à a première phrase de Levko sur les traine-savates et le climat arolave. Puis son sourire s'effaça à mesure que son compagnon d'arme parlait de son passé, laissant la place à un air grave.

Quand Caliobé et Levko échangèrent sur le sujet du sergent, le moine enchaîna :

[Commun des Profondeurs] - Sire Levko, tes paroles me surprennent, car je n'aurais cru ton passé si sombre. Sache que nous te sommes gré de nous ouvrir à ce point ton cœur. Parler de soi n'est jamais chose facile.

Le moine fouilla un instant ses souvenirs, revoyant clairement l'officier bourru de la garde lunaire. Le sergent les avait conduit sur une grande partie de leur périple, et qui les avait plus d'une fois tiré d'un mauvais pas. Voukoll, un meurtrier ? Non, l'image ne cadrait pas vraiment.

[Commun des Profondeurs] - Pour qui arpente la Voie de Draaz, Senti et Perçu sont deux biais que les disciples du Dieu dragon apprennent à estimer, car elles précèdent le Jugement. Si j'en crois mon instinct, comme toi je n'imagine guère le sergent prendre part à un odieux massacre. Mais, la Balance m'en soit témoin, la Vérité peut parfois se draper d'atours bien loin de ceux offerts à tous.

Yardan regarda le sicaire. Malgré ses révélations, le jeune homme semblait bien plus calme qu'il ne l'avait jamais connu.

[Commun des Profondeurs] - Frère Levko, si un jour tu souhaites ôter le voile d'ombre qui étrangle ton passé, sache que mon humble soutien t'es acquis. Et si en revanche, comme tu nous l'annonces, tu souhaites désormais laisser ces drames au passé pour te tourner vers l'avenir, alors nous serons fier d'être à tes côtés pour cela.

Le moine sourit au souvenir d'une parole du vieux Maître Zashim'ja, qu'il avait entendue lorsqu'il n'était que simple novice au Commencement.

[Commun des Profondeurs] - Draaz nous soutienne, les Saints Écrits du Premier Prophète sont unanimes. Toujours frères de Mission sont liés, d'abord par leurs visés, ensuite par leurs actions, enfin par leur triomphe. Il en est ainsi, et plus encore après la Mission Sacrée qui nous fût échue.

L'adepte de Draaz avisa alors Kaan'an, qui écoutait silencieusement leur échange. Le pauvre drakéïde ne devait pas saisir l'ensemble de ce qui se disait, mais faisait de son mieux pour suivre.

[Commun des Profondeurs] - Sire Kaan'an, est-ce que les présentes paroles échangées n'en sont pas trop sibyllines pour vous ? Vous restez bien silencieux, est-ce que le résumé de nos précédents périples vous surprend ?

Il détailla les écailles d'un noir profond qui brillaient doucement sous la luminescence du lieu. Elles n'avaient plus rien à voir avec les plaques blanches laiteuses qui lui lézardaient le derme lors de leur rencontre au sein du temple.

[Commun des Profondeurs] - Si je ne m'abuse, vous nous aviez rapidement exposé votre récent passé, pour ma part relaté par Caliobé qui comme vous parle la langue des elfes. Pouvez-vous m'instruire plus avant sur celui que vous fûtes, avant le joug des enfant du Monde Souterrain ?
Les Aigles d'Arolavie : Yardan, adepte du Dieu-Dragon - Moine de niveau 4
CA 15 - PV 31/31 (4d8) - DV 2/4 (d8+2) - Points Ki 4/4 - Héroïsme 3/3

Avatar de l’utilisateur
denkaii
Messages : 112
Inscription : 18 déc. 2017, 15:32
Localisation : Près de Chalon s/S

Re: Inframonde. chap. 02-04 . Le seuil de du printemps - Surface

par denkaii » 03 août 2019, 22:17

Je garde le silence, par respect pour vos récits. Ils semblent éveiller de nombreux souvenirs, dont je ne souhaitais pas interrompre le flot.

Kaan'an avisa Yardan, et poursuivit après avoir prit le temps de réfléchir.

Cette garde lunaire semble fascinante, et sa façon de procéder peu conventionnelle. Je pense avoir compris les grandes lignes de votre récit, et vos motivations respectives. Mon questionnement demeure cependant sur les circonstances de votre rencontre avec Caliobé, et vos croyances m'intriguent, Yardan.
Quoi qu'il en soit, je sais que les tunnels de l'inframonde sont légion. Il est difficile d'attribuer vos retrouvailles devant le puits à une simple coincidence... Et avec ce que nous venons de vivre, il est bel et bien possible que les Dieux aient souhaité vous réunir à nouveau.


A la deuxième question du moine, le Drakéide se tendit un peu. se dernier secoua la tête avant de répondre.

Afin d'accomplir le pélerinage, je me suis convaincu de laisser derrière moi les belles, comme les mauvaises années de mon existence. Mais il est équitable que je partage mon histoire, après avoir écouté la vôtre. je vais donc vous parler de celui que j'ai été.

Terminant sa gourde de fortune, Kaan'an la posa de côté avant de s'asseoir en tailleur, prêt à continuer.

Mon nom complet est Errukt'Kaan'an. Je suis né au Rashamangekr, une terre volcanique et insulaire. Ou, plutôt... J'y ai éclos. Au bout d'une année bercé dans la lumière du soleil, mon œuf craqua et je vînt au monde dans un palais splendide, entouré de toute part par la nature, la jungle s'arrêtant au pied de l'édifice. Tout cela ressemble au début d'un conte pour enfant. Pourtant...

J'avais les écailles noires. Je pense que vous n'êtes pas ignorants de la dualité qui existe entre les Dragons chromatiques et métalliques. Mon peuple se revendique comme descendant des dragons, ou serviteur de ceux-ci, en fonction de la personne à qui vous demandez. Il arrive même que certains dragons soient nos Rois, mais je digresse.
En loyaux descendants des dragons que nous sommes, il est tout naturel que les Drakéides aux écailles métalliques soient vus comme des êtres voués au bien, en qui il est possible de placer sa confiance. A l'inverse, ... Je pense que vous saisissez l'idée.

Mes géniteurs arboraient tous deux des couleurs métalliques, si bien qu'ils se sont demandés si il n'y avait pas eu erreur sur l’œuf. malgré tout, mon père décida de passer outre ses préjugés sur les écailles, songeant qu'une éducation correcte ne manquerais pas de faire de moi quelqu'un de respectable.

je pense qu'il eu à la fois raison et tord. Je comprenais les concepts qui nous définissaient et les nombreux enjeux auxquels notre race faisait face. Je comprenais que les anciennes voies de notre peuple devaient évoluer, et qu'il fallait nous adapter pour continuer d'exister. cependant, ce que la logique de mon père m'enseignait, mon cœur trop jeune, pétri de fierté et de vantardise, le repoussait.

La simple idée que mon sang descendait d'un dragon m'amenait à me considérer au dessus des autres. L'empire que mes ancêtres avait bâti était sur le déclin, et les partis qui prônaient un départ en guerre afin de réaffirmer notre place dans le monde, trouvèrent une oreille attentive chez le jeune, plein de courage et de fausses idées sur le monde, que j'étais.

Les choses empirèrent lorsque je connus l'éveil. Ma fierté, mon désir exacerbé de me rapprocher, de ressembler à ces créatures parfaites dont je me considérait le serviteur, en fût certainement le déclencheur. Si la plupart des Drakéides vivent dans la haute société, ceux doués naturellement de magie en sont l'élite. Il va sans dire que je me croyais alors tout puissant, intouchable, et je marchais sur la corde raide entre pragmatisme et émotion avec confiance, sans assurer mes arrières.

Et puis un jour, ma bêtise est venue demander son dû. Il me fallait faire un choix auquel je ne pouvais me résoudre, alors que mon entourage devenait de plus en plus incertain à mon sujet. Un Drakéide noir, doté de magie? Aux idées changeantes, et peu contrôlable, pour quelque faction que ce fut... au final quelqu'un décida de s'occuper de mon cas, et je me réveillais un jour dans les ténèbres, devenu esclave, moi qui m'étais crû au dessus de ce genre de préoccupations...

Mais, je n'étais pas esclave sur ma terre natale, non...

J'étais désormais dans les profondeurs du monde... Et malgré cela, j'ai échoué à comprendre la leçon. Ma fierté m'a rendu l'éveil, m'a porté jusqu'à vous... et il aura fallu jusqu'à une ordalie divine, une petite abeille... pour que je comprenne que j'étais dans le faux depuis ma naissance.


Le voile qui était tombé devant les yeux de Kaan'an s’éclaircit alors que son récit prenait fin. Son regard se ferma alors que le silence retombait.
Errukt’Kaan’an, Drakéide Ensorceleur Draconique 4
PV 26/26 , DV 4d6, Initiative +2, VD 9m, CA 15
JS For +0, Dex +2, Con +4, Int +0, Sag +0, Cha +6
Emplacements de sort 5/5, Points arcaniques 4/4
Sorts: Toucher +6, JdS : 14

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

Nous sommes le 22 août 2019, 07:00