Vie et moeurs des Centaures - Non canon Forum dédié à l'univers de Dragons

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 10 févr. 2019, 23:12

Ce petit sujet est né d'une question brulante après la lecture des dernières entrées du blog.

je précise que les "réponses" que je vais apporter à ces interrogations sont purement personnelles, et pas du tout canon ! Mais discuter des idées de chacun fait le sel des JdR, je pense.

Que sait-on des centaures d'Eana ?

Rebondissement ! Ils seront proches des fées, canoniquement, cf ce message d'Iris :viewtopic.php?p=9696#p9696

A première vue, pas grand chose. Du coup, autant en profiter pour faire du brain-storming, des propositions et, qui sait, obtenir des éclaircissements de la part de l'équipe de création - oui, c'est à toi que je pense Iris !

Mais en fait, cette question se subdivise en pas mal de plus petites. Voici celles qui me viennent en tête à l'instant :

1.Quelle est l'aire de répartition des Centaures ?
2.Quel est leur mode de vie ?
3.Existe-t-il une ou des nations Centaures ?
4.S'agit-il d'une antique race d'Eana ou bien sont-ils apparus plus récemment ?
5.Existe-t-il des différences marquées entre des populations de Centaures, selon leurs territoires ?
6.Quels dieux vénèrent-ils et par quels rituels ?
7.Comment sont-ils perçus par les autres peuples d'Eana ?

Mine de rien, ça fait pas mal de questions. Assez brièvement, voici les réponses que j'apporterais en l'état actuel des choses :

1. Les Centaures se trouvent principalement au Nord de l'Empire Kaan, avec des groupes ayant migrés vers l'Arolavie, le Septentrion et même la Lothrienne pour les plus aventureux; les jungles de l'Ajagar et le climat aride de la Cyrilliane et des Royaumes des Sables se sont probablement révélés trop dangereux pour ce peuple.

2.Je vois les centaures comme vivants dans de grandes tribus, regroupant des individus liés tant par le sang que par des coutumes ancestrales. Contrairement aux Clans nains, j'aurais tendance à penser qu'un Centaure peut aisément rejoindre une autre tribu, s'il prouve qu'il est noble et n'a pas été banni de son ancienne tribu pour un crime atroce. Je pense que les chefs de tribus sont de grandes guerrières ou puissants chasseurs, conseillés par des druides ou prêtres. Dans l'Empire Kaani, certaines tribus se sont probablement semi-sédantarisées, mais ailleurs, le reste demeure pleinement nomades. Ce sont des individus épanouis et passionés, aussi prompts au chant qu'à la chasse ou la guerre, selon leurs pays et leurs coutumes.

3. Je dirais que non. Il peut exister des territoires majoritairement peuplés de Centaures, et chez les Kaan, j'aurais tendance à penser que pouvoir lever une cavalerie Centaure doit donner beaucoup de prestige, mais en tant que peuple, ce que les Centaures ont de plus proche d'une nation serait l'une de leurs Confédérations de Tribus, à savoir l'Alliance du Chêne (Arolavie et Septentrion), le Conclave de Fer (Lothrienne) et les Princes des Vents (Kaan).

4. C'est purement personnel, mais j'aime beaucoup l'idée que les centaures soient le fruit d'un voeu mal formulé à la Forge des Destins. Un prince d'une des nombreuses tribus peuplant ce qui deviendrait le Kaan (d'une race différente selon la Confédération - Aldaron pour l'Alliance, Humain pour le Conclave, Merosis pour les Princes) serait parvenu jusqu'au coeur de la Forge et aurait souhaité sauvé sa tribu; connu pour l'amour immodéré qu'il portait à sa monture, une noble jument qu'il disait offerte par Flore en personne. La Forge a estimé que la création des Centaures permettait à la fois de sauver son peuple et de l'aider à ne faire qu'un avec ses montures.

5. Dans les grandes lignes, toutes les tribus centaures sont les mêmes, en terme d'organisation. Dis différences existent bien sûr (l'influence des prêtres, l'importance donnée aux guerriers et chasseurs, etc.) mais en règle générale, un voyageur rencontrant une tribu de Centaure et y apprenant des coutumes de base pourra les appliquer à une autre tribu. Physiquement, je pense que les centaures Kaani ressemblent le plus au dessin de Gawain, alors que ceux d'Arolavie, Lothrienne et Septentrion ont des parties chevalines plus trapues et avec un poil plus long, tout en se vétant plus chaudement.
En terme de tenues, je vois les tribus de Lothrienne comme des chevaliers des débuts du Moyen-Age, avec armures de maille et de cuir épais; les tribus d'Arolavie et du Septentrion sont -à mes yeux- proches des tenues des Sami de Scandinavie. Les Centaures du Kaan sont plus proches du style des tribus de la steppe et Amérindiens des Grandes Plaines - comme sur l'illustration de Gawain.

Image

6. Flore, Mort et Givreuse sont les divinités principales de toutes les tribus Centaures, représentant à leurs yeux une trinité de la vie féconde, de la sagesse de l'age et de la mort qui vient à la fin de toute chose. Selon les tribus, les autres dieux seront plus ou moins respectés. Tempête est ainsi couramment adoré dans le Kaan, alors que Façonneur est souvent une part importante de la foi des tribus du Conclave, de même que Forgeron. Eana ou Monde est quant à elle respectée mais pas priée. Une mère est aimée, mais attendre d'elle qu'elle résolve les difficultés qu'affronte ses enfants parait aberrants pour les centaures.

7. A mon avis, les Centaures Kaani sont presque parfaitement intégrés à la culture locale. Après tout, puisque je pense qu'ils prédatent Tamerakh et la Première Horde, ils sont un élément important de l'histoire locale et en ont forcément marqués les us et coutumes. Certaines tribus sont probablement plus réclusives ou isolées, mais la majorité des Princes des Vents n'a aucun problème avec les locaux. Les choses sont à mon avis l'inverse en Lothrienne, où le Conclave doit faire face aux tensions locales importantes; ils se méfient probablement beaucoup de certaines factions et soutiennent d'autres, par pur intérêt de sécurité. Enfin, en Arolavie et dans le Septentrion, les Centaures s'allient probablement aux elfes Aldarons et évitent les hommes, sans pour autant les attaquer à vue.

Bonus : les alignements des Centaures dépendent largement de la tribu et de l'individu, mais en règle générale, chaque Confédération a son caractère propre à mes yeux.
Ainsi, les Princes des Vents sont Neutre (dans toutes les nuances possibles), l'Alliance du Chêne Chaotique (là encore, avec toutes les possibilités) et le Conclave de Fer Loyal (avec toutes les variantes). Ces différences reflètent les liens entretenus avec certains peuples (les Hordes, les Aldarons et les Humains, respectivement) ainsi qu'une longue histoire. Si jamais ça intéresse quelqu'un, je détaillerais ma timeline fictive des tribus Centaures :).

Voila ma vision des centaures !

Bon, comme on ne sait rien d'eux pour l'instant, c'est du pur fan-service mais avec de la chance, il y a au moins un truc de vrai là-dedans !
Dernière modification par Kaer Nunnos le 11 févr. 2019, 15:00, modifié 1 fois.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures

par Kaer Nunnos » 11 févr. 2019, 14:19

Parce que je fais face à une activité trépidante au boulot... Quelques centaures (toujours non canons!) célèbres :

Le Premier
Le nom du Premier c'est perdu dans la brume des siècles, tout comme son peuple. Au Kaan, on le considère comme un demi-orc, précurseur de Tamerakh qui échoua à atteindre le rang divin en raison de sa trop grande compassion. En Arolavie et au Septentrion, il est un Aldaron recueillis par des humains, cherchant à mieux faire comprendre la beauté du monde sauvage à son peuple adoptif. Enfin, en Lothrienne, il était un jeune noble ambitieux mais généreux, qui fut trompé par de sombres manigances.

Là où tous les Centaures s'accordent sur sa légende est le fait qu'il trouva la Forge du Destin et prononça un vœu qui, mal compris, transforma les siens en Centaures, comme lui-même fut unit à la jument blanche qu'il aimait tant et qu'il disait offerte par Flore pour récompense de sa dévotion. Lorsqu'il rejoignit son peuple pour le guider, le Premier n'était plus tout à fait mortel, sans être divin pour autant.

A sa mort, son peuple se sépara pour la première fois, les ancêtres des tribus du Conclave de Fer refusant de reconnaître l'autorité de ses héritiers, jugés aveugles à la trahison qui avait changé leur peuple en semi-humains bestiaux. Si l'héritage du Premier se fractura ainsi, il n'en reste pas moins que du Septentrion au Kaan, nombreux sont les jeunes centaures égarés qui ont été secourus par un mâle de grande taille, nu et à la robe blanche brillant comme les étoiles, le visage caché sous un masque blanc sans traits.

Tous jurent que leur sauveteur miraculeux est le Premier, qui veille toujours sur son peuple.

Gerfana 1er Sabots-Ailés, Ustva-che des Princes des Vents
Dans l'Empire Kaani ou en Cyfandir, quand quelqu'un mentionne les Centaures, ce sont la vie et les actes de Gerfana Sabots-Ailés qui viennent en premier définir ce peuple mystérieux.

La plus grande des Ustva-che des Princes des Vents ne fut pourtant qu'une simple mortelle, mais elle est véritablement entrée dans la légende. Parmi les Hordes, sa figure tutélaire est souvent invoquée, puisqu'elle est considérée comme l'une des plus grandes générales de Tamerakh. Gerfana a en effet servi le conquérant, et à sa mort, la légende veut que celui qui deviendrait le dieu Tempête pleura comme un enfant.

Gerfana est bien moins appréciée en Cyfandir, et est même haïe par les Centaures de l'Alliance du Chêne, qui considèrent qu'elle a vendue leur peuple à un monstre sanguinaire, en échange d'une protection illusoire. L'Arolavie et même la Cyrillane se souviennent avec amertume des raids centaures menée par l'Ustva-che, ramenant des centaines d'esclaves à son maître.

Pour les Centaures du Kaan, Gerfana n'a fait que poursuivre la mission donnée à ses héritiers par le Premier. En s'alliant avec Tamerakh, elle a sauvé les vies de son peuple, et nombre de Princes affirment que sans son influence apaisante, les carnages commis par la Horde auraient été bien pires. Guerrière et chanteuse accomplie, elle aurait en effet gagnée le respect, certains disent même l'amour, de Tempête. Le fait que le sang ait bien plus coulé après sa mort accrédite cette croyance pour les Centaures kaani. Ceux-ci croient également qu'à leur mort, les plus dévoués d'entre eux pourront rejoindre Gerfana, devenue l'une des championnes de Tempête dans son domaine divin.

Yaros Noire-Toison, Haut-Druide
Yaros est le Haut-Druide de l'Alliance de Chêne depuis presque trente ans. C'est un Centaure jovial mais ombrageux, qui refuse de laisser quiconque mettre les tribus dont il a la charge en danger. Comme tous ses prédécesseurs, il a forgé des liens puissants avec les Aldarons arolaves et septentrionaux et a juré de défendre les antiques forêts du Nord des déprédations des hommes et du Chancre.

Il voue une haine fanatique à cette horreur issue des profondeurs de l'Inframonde depuis qu'un groupe de Ravageurs a massacré sa compagne et ses derniers-nés. Noire-Toison mène de nombreux raids contre le moindre nid chancreux dont la présence peut être suspecté. Doté d'une immense maîtrise de ses pouvoirs, sa sagesse en fait également un avis recherché dans toutes les tribus nordiques.

Depuis quelques années, Yaros a revu sa position envers les humains d'Arolavie. S'il estime toujours dangereux de les laisser gagner en puissance, il doit bien admettre que leurs bras forment un rempart puissant contre le Chancre, les morts-vivants et même les maudits enfants de Tamerakh, les Kaani. Comme la plupart des Centaures de sa Confédération, Yaros méprise les Centaures inféodés à la Horde, qu'il considère comme corrompant l'héritage du Premier.

Framehilde la Vaillante
Framehilde est la première chevalière Centaure de Lothrienne, baronne de Morne Plaine et une étoile montante des forces de l'Etoile. fervente dévote d'Aster, Framehilde souhaite prendre la tête du Conclave de Fer, afin d'assurer le futur de son peuple dans cette rude contrée féodale.

Contrairement au reste des tribus du Conclave, elle n'a pas été élevée parmi les siens, mais par la baronne Brunehilde de Morne Plaine, alors qu'elle venait tout juste de naître. Impressionnée par la dévotion et les talents de la jeune Centaure, Brunehilde - sans enfant et fort âgée- en fit son héritière et une pupille de l'Etoile, à la consternation de ses neveux et le scandale de toute la Lothrienne. Cependant, lorsque Framehilde mena les troupes de sa baronnie contre les mercenaires levés par les neveux de Brunehilde et les écrasa en une campagne courte mais brutale, nombreux furent ceux qui virent l'intérêt à accepter la Centaure.

Framehilde a réunie autour d'elle nombre de centaures sans tribus et souhaite faire de Morne Plaine un havre de paix pour son peuple, afin que le Conclave l'accepte parmi les siens. Elle sait que les Centaures respectent la vaillance et la sagesse, la force des armes et la douceur de la voix. Aidée par sa mère adoptive, ayant abdiquée à son profit quelques semaines à peine après la guerre gagnée par sa fille, Framehilde pourrait changer le cours de l'histoire des centaures de Lothrienne ou les condamnés à tout perdre...
Dernière modification par Kaer Nunnos le 11 févr. 2019, 15:41, modifié 2 fois.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 11 févr. 2019, 15:23

Allez, zou, voici ma petite frise chronologique des évènements marquants du peuple Centaure (non-canon!). Pas vraiment de dates précises, plutôt des périodes.

Autour de la Guerre de l'Aube
Cette période légendaire est encore connue des Centaures; dans leurs légendes, leurs ancêtres bipèdes fuient le continent qui sera plus tard connu comme le Cyfandir et se réfugient à l'Est de la Mer Intérieure (future Mer Ustvalia), passant à travers les rangs gobelinoïdes pour fuir la fureur de la guerre. Ils s'installent sur les terres grasses et giboyeuses du centre du Kaan et deviennent l'un des premiers peuples à dompter les chevaux, qui tiennent une place importante dans leur culture.

Mille ans avant Tamerakh
L'ère du Premier est marquée par des bouleversements terribles. Les ancêtres des Centaures font face à des épidémies, des assauts de monstres venues de l'Inframonde (probablement des Drows, d'après les descriptions fragmentaires des légendes), et des attaques de démons. Le Premier, aidé par sa fidèle monture, part en quête d'un moyen de sauver son peuple. Atteignant la Forge du Destin, il créé sans le vouloir les Centaures, devenant le premier d'entre eux.

Il dirige son jeune peuple pendant plus de cent ans avant de mourir paisiblement. Ses héritiers se disputent alors les tribus populeuses que le Premier leur a laissé. Douze d'entre elles migrent du Kaan vers le Nord de la Mer Ustvalia, refusant de se soumettre aux choix des autres tribus, qui ont désignées un Ustva-che, sorte de grand chef, mais peu désireuses de s'entretuer. Ces douze tribus, considérées comme Perdues par les autres, sont les ancêtres des Centaures de Lothrienne.

La Première Horde
L'ascension de Tamerakh et sa soif de conquête menacent les Centaures. Un petit tiers des tribus décide de fuir vers le Nord, refusant d'affronter la Horde innombrable, ou de se soumettre à elle. L'Ustva-che d'alors, Gerfana, mène l'ensemble de son peuple contre le Conquérant. Impressionné par les Centaures, Tamerakh offre à Gerfana une position privilégiée au sein de sa Horde. La Centaure accepte et fera partie de ses généraux les plus proches et les plus compétents. Elle mourra en Cyrillane quelques années plus tard, abattue sous les remparts de la capitale d'une flèche en plein cœur.

Après sa mort, les Princes des Vents s'intègreront complètement à la vie dans le premier Empire Kaan, puis les Hordes et Empires postérieurs. Ils fuiront le centre du Kaan lorsque Tamerakh conduira ses rituels monstrueux pour accéder au rang divin, mais la grâce qu'il accordera à l'âme de Gerfana, dont les Centaures pensent qu'elle est devenue son épouse céleste, ou au moins une de ses amantes et plus proche championne, assurera la paix entre le reste de la population Kaani et les Princes des Vents.

Les Grandes Migrations
Cette période coïncide à la première Horde pour les tribus qui formeront l'Alliance du Chêne et le Conclave de Fer. Poussée par les forces de Tamerakh, les premières fuirent jusqu'en Arolavie et le Septentrion, forgeant des alliances avec les elfes Aldarons afin de survivre. Ces alliances de circonstances se changeront en amitié profonde et sincère. Les tribus du Chêne abandonneront les courses folles et sauvages dans les grandes plaines pour les vastes forêts du Nord, perdant en taille mais gagnant en robustesse.

Les Tribus du Conclave de Fer, fuyant l'arrivée de leurs cousins du Chêne, trouveront refuge en Lothrienne, après de rudes années passées dans les contreforts des Drakenbergen. Là, ils nouèrent des relations avec les nains et les humains locaux, où ils apprirent à forger armes et armures plus lourdes que celles de leurs cousins arolaves ou kaani. Les Centaures du Fer seront dans un premier temps mal accueillis par les humains de Lothrienne, les voyant comme des bandes de monstres indésirables. Cependant, lorsque les tribus se joindront aux natifs pour repousser une invasion du Chancre, ils gagneront le droit d'errer dans les landes mornes et les plaines humides et froides du royaume.

L'Age Moderne
Peu de choses ont changées pour les Vents et les Chênes, qui demeurent proches de leurs anciens alliés et conservent des traditions ancestrales. Au contraire, les Fers de Lothrienne semblent sur le point de connaître un grande bouleversement. Pour la première fois dans l'histoire de ce royaume, une maison noble est dirigée par une non-humaine.

Framehilde la Vaillante, bien que n'étant pas à proprement parlé considérée comme faisant partie du Conclave de Fer, inspire nombre des centaures locaux, qui voient en elle et dans le Culte de l'Etoile, une possibilité de laisser derrière eux des vies rythmées par le rude climat et les tensions avec les locaux. Certaines tribus souhaitent donc intégrer la baronnie de Morne Plaine dans le Conclave. Certains chefs de tribus rêvent même de faire de Framehilde la première Reine Centaure.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 12 févr. 2019, 10:45

Puisque j'ai le temps et l'envie, autant étoffer cette "aide de jeu" non-officielle et non-canon, pas vrai ?

La vie des Centaures du Kaan
Place politique
Les Centaures de l'Empire Kaani, couramment appelés Centaures des Vents (par opposition aux Centaures du Chêne Arolaves et Septentrionaux ainsi qu'aux Centaures de Fer Lothriens) forment la principale population de Centaures d'Eana. Leurs terres sont vastes, giboyeuses et restent peu peuplées, même comparées aux étendues désolées du Nord, en raison d'antiques pactes avec les autres peuples de la région.

Nombre de centaures Kaani sont fiers de leurs origines et de leur longue histoire, et leurs tribus peuvent passer des semaines entières à chanter les gloires passées sous la lumière des étoiles, groupées autour d'un grand feu de joie. Leur culture n'a que peu changée depuis la naissance des premiers Centaures, et les alliances avec les Hordes et Empire successifs sont souvent considérées comme n'ayant eu que peu d'impact sur leur peuple.

La vérité est cependant plus contrastée. Même si aucun Centaure des Vents ne voudrait l'admettre, les jours de gloire de leur peuple dans le Kaan sont depuis longtemps révolus. Eléments bien intégrés dans les différentes nations qui s'y sont épanouies puis sont sombrées, ils n'ont qu'un rôle politique mineur, voire inexistant. Lorsque les tribus parviennent à s'entendre pour élire un Ustva-che, leurs volontés peuvent influer le cours des décisions impériales, mais aucun Centaure n'a obtenu cette position depuis presque deux cents ans.

Actuellement, la majorité des Centaures des Vents vit une existence paisible, loin des intrigues et ambitions de l'Empire de Kartaçöl. Toutefois, des raids hobgobelins venus du Nord, ainsi que l'apparition en nombre croissantes de ravageurs du Chancre au sud de leurs territoires pourraient conduire à de profonds changements. Les Centaures constituent un élément importants des armées Kaani, et s'ils devaient déserter pour se concentrer sur la défense de leurs tribus et terres ancestrales, bien des plans pourraient être remis en cause.

Les marchands centaures
Pour de nombreux voyageurs du Cyfandir, les Centaures passent pour des êtres à demi-sauvages, tout juste bon à piller ou attaquer sans raison, surtout pour certaines communautés arolaves en guerre avec les Centaures du Chêne. Pourtant, dans les terres du Kaan, des centaines de marchands centaures sillonnent les routes, amenant avec eux biens précieux et nourriture abondante. Certaines tribus des Princes des Vents se sont même spécialisées dans ce rôle, devenant au fil des siècles de véritables caravanes marchandes ambulantes.

Dans les grands marchés de l'Empire, il n'est pas rare de croiser des centaures vêtus de soies et couverts de pierreries précieuses, exhibant des produits venant de l'Ajagar, le Rachamangkr ou même les lointains Royaumes des Sables. Ces centaures font usage de leur grande mobilité, de leur habitude ancestrale à voyager sur d'immenses distances et du fait qu'ils aient moins besoin d'eau et de nourriture qu'une caravane de bipèdes avec montures, pour maximiser leurs profits.

Ceci n'est pas sans poser quelques problèmes, puisque nombre de marchands humains ou mérosis s'insurgent contre ce qu'ils considèrent être de la concurrence déloyale, ce d'autant plus que les marchandises vendues par les Centaures ne sont presque jamais fabriquées par eux.

Culture et religion
Pour les étrangers, la culture Centaure demeure largement inconnue, même au Kaan. Tout au plus savent-ils qu'il existe un grande nombre de tribus se rassemblant parfois pour se désigner un ou une dirigeante. Pour le sujet Kaani moyen, les Centaures demeurent toutefois une peuplade de mystérieux chasseurs et guerriers et bien peu d'autre choses.

La vérité est pourtant fort différente. Plus que la chasse ou la guerre, les Centaures des Vents aiment les chants et les danses. Ces dernières, particulièrement fougueuses et complexes, tendent à dérouter les rares non-Centaures qui ont eut la chance d'y assister, tant les Vents semblent alors pris d'une folie douce, les poussant à se percuter, dresser haut leurs sabots et sauter sur place, entre autres mouvements impressionnants. La vie des Centaures du Kaan est principalement rythmée par les grandes fêtes, où sont honorés les héros anciens et chantés les espoirs de la tribu.

Les Princes des Vents n'en demeurent pas moins de farouche guerriers à l'occasion, n'hésitant pas à lancer des raids contre quiconque menace leur foyer. Nombre d'esclavagistes en puissance ont appris à leurs dépens que les Centaures peuvent poursuivre leurs proies pendant des semaines, voire des mois, avant de fondre sur elles pour les dépecer. Cette férocité vient des liens extrêmement forts qui se tissent entre membres d'une même tribu.

En termes religieux, les Centaures des Vents sont polythéistes, adorant principalement Flore (Volcha), Givreuse (Descha) et Mort (Macha). Eana et Tamerakh sont également considérés comme des divinités importantes, mais pas autant que les Trois Sœurs. Tempête est souvent associé à Mort lorsque les Centaures partent en guerre, alors qu'Eana est remerciée avec Flore lors des naissances particulièrement difficiles. Gerfana Sabots-Ailés et le Premier tiennent également une place importante dans la foi de ces tribus.

Les cérémonies religieuses des Centaures des Vents ont toujours lieu loin des villes, dans des lieux considérés comme sacrés. Il s'agit le plus souvent d'incroyables bacchanales, où le vin et autres spiritueux coulent à flot; donnant lieu à de véritables orgies aux heures les plus avancées de la nuit. Ces festivités bruyantes et sauvages peuvent durer jusqu'à une semaine pour les plus importantes, et l'humeur grincheuse et agressive des Centaures au sortir d'une de leur fête religieuse est devenue proverbiale dans le Kaan.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 13 févr. 2019, 14:26

Allez, on va tenter de recréer de mémoire ce que j'avais écris la première fois... C'est pas donné !

La vie des Centaures d'Arolavie et du Septentrion
Place politique
Les centaures du Chêne méprisent les institutions politiques humaines, s'étant alliés de longue date aux elfes Aldarons protégeant les grandes forêts du Nord. A première vue, leur total rejet des pouvoirs politiques d'Arolavie et du Septentrion pourrait sembler les fragiliser, mais il n'en est rien. S'entourant de mystères et gardant les humains à distance, ces tribus ont finit par acquérir une aura presque mystique aux yeux des paysans arolaves et des peuplades du Grand Nord. Nombreux sont les humains Arolaves à penser que ces centaures sont des créatures-fées, esprits de la brume, des forêts et de la nuit, alors que ceux du Septentrion les voient plus comme liés aux bons esprits du feu, du foyer et de la guérison.

Au fil des siècles passés en tant qu'alliés des elfes, nombre de Centaures du Chêne ont sentis une affinité profonde se nouer avec les véritables fées et leurs cours, ainsi que les clans elfiques du Nord. Toutefois, les centaures en sont restés distincts, en dépit de l'importance prise par les druides dans leur culture, place due à l'influence des Aldarons, qui ont ainsi fait pratiquement disparaître les sorciers si communs au sein des tribus du Kaan. toutefois, les Centaures du Chêne servent souvent de messager entre les différentes courts féériques et villages Aldarons.

En Arolavie, l'influence du Haut-Druide du Chêne sur les tribus est particulièrement marquée, en dépit de la nature chaotique de celles-ci, connues pour leur peu d'intérêts pour des règles fixes et des lois claires, préférant laisser les traditions évoluer au gré de ce qui leur parait le plus juste. Pour beaucoup de ces centaures, transgresser une coutume, si elle permet de sauver les étendues sauvages et leurs habitants de la destruction par les hommes et leurs royaumes de législateurs, qui défigurent et détruisent la beauté du monde sans même s'en rendre compte.

Dans le Grand Nord, les centaures sont plus paisibles. S'il ne commercent pas avec les peuplades humaines, ils n'hésitent jamais à prévenir de la présence de graves dangers (ruines oubliées redécouvertes, nids chancreux, etc.) afin d'éviter des pertes de vies inutiles. Plus d'un voyageur égaré ou blessé dans ces étendues hostiles a due sa vie sauve aux éleveurs de rennes centaures, surgissant du blizzard pour l'emporter parmi eux, le soignant et s'assurant qu'il retrouve son peuple sain et sauf, ce qui explique l'image positive que les hommes du Nord gardent des centaures, la plupart du temps.

Les Grands Raids et l'élevage de rennes
La pratique des Grand Raids, commune à l'ensemble des tribus de l'Alliance du Chêne, explique en grande partie pourquoi ces tribus sont considérées comme particulièrement imprévisibles (au mieux) voire nuisibles (au pire) pour les humains, notamment les Arolaves, qui vouent une haine féroce aux centaures, tant en raison des assauts des tribus kaani que les destructions causées par celles du Chêne. Aux yeux des centaures du Nord toutefois, ces attaques sauvages et particulièrement meurtrières sont autant de réaction à des crimes commis par les hommes.

Lorsque le Haut-Druide estime son peuple menacé, ou les étendues sauvages souillées par la présence humaine en des terres sacrées, ils envoie des messagers à l'ensemble des tribus de l'Alliance. Pendant de longs mois, voire des années, celles-ci discutent, afin de parvenir à un accord. Une fois celui-ci atteint, chaque tribu fond se lance dans un Grand Raid, une expédition vengeresse ravageant les petites communautés humaines, détruisant villages et champs, souvent pendant de longues semaines, sans jamais expliquer les raisons de ces actions.

A une date précise, convenue en avance, le raid cesse et les tribus retournent nomadiser comme si de rien n'était. Les ravages périodiques que ces Grands Raids produisent sur l'Arolavie, où la majorité des tribus du Chêne ont élues domicile, s'ajoute aux difficultés de cette jeune puissance montante. Dans le Septentrion, les raids sont souvent dirigés principalement contre les villages gobelins, gobelours ou d'autres créatures particulièrement agressives, ce qui a tendance à agacer les centaures Arolaves, bien que ceux-ci comprennent que leurs frères et sœurs du Nord aient à protéger leurs troupeaux avant tout.

En effet, le cœur de la vie des tribus du Septentrion est de suivre les immenses hardes de rennes qui hantent ces étendues froides, qui leur fournissent viande et lait, ainsi que les fourrures dont ils ont besoin pour survivre au rude climat du Grand Nord. De tous les centaures d'Eana, ces quelques tribus sont donc les plus mobiles, ne s'attardant que rarement plus de quelques jours au même endroit. Elles laissent cependant des traces de leurs passages, indiquant leurs prochaines destinations, à qui sait lire ces assemblages d'os, de pierres et de branches, assurant ainsi que leurs liens ne soient jamais rompus avec les autres tribus du Chêne.

Culture et religion
Contrairement aux exubérants centaures du Kaan, ceux de l'Alliance du Chêne semblent souvent austères et froids pour les étrangers, mais cette différence apparente provient principalement de leurs relations avec les humains. Ceux-ci ne tendent qu'à voir les aspects les plus guerriers et sauvages de ces Centaures particulièrement dédaigneux envers les notions de royaumes, nations et frontières. La vie dans les terres humides, froides et austères d'Arolavie et du Septentrion a également laissé ses marques. Pourtant, les Centaures de Chêne ont conservés l'amour immodéré de leur peuple pour les chants et l'alcool.

Leurs nombreuses fêtes sont ainsi marquées par de longs chants polyphoniques, le plus souvent sa paroles, qui semblent particulièrement étranges aux oreilles des populations bipèdes locales. Plus d'un voyageur égaré dans les forêts ou par les landes a cru entendre le chant des fées, diables ou démons lorsque s'élèvent soudain ces sons étranges. Quant aux centaures, contrairement à leurs cousins sud-orientaux, ils ne finissent que rarement ivre morts lors de leur fête, bien qu'ils ingurgitent de bien plus grandes doses d'alcool. En effet, ils préfèrent boire à petite gorgées d'immenses quantités de vodka et hydromel.

Cela ne signifie pas que ces soirées soient aussi austères que les formes assises des centaures peuvent le laisser penser au premier regard. Nombre de couples se forment ou se renforcent lors de ces fêtes, et s'ils quittent la lumière des feux de joies, les chants qui s'élèvent alors de l'ombre sont tout aussi forts et bien plus passionnés. Et pour les Centaures du Chêne, il n'y a rien de plus naturel que de laisser ainsi ses passions se libérer pour prouver à quel point les divinités tutélaires de ces tribus sont appréciées.

Celles-ci sont au nombre de quatre : Flore (Rëëka), Givreuse (Inreki), Mort (Jüri, considéré comme masculin) et Façonneur (Ueolä). Eana est considérée comme une divinité endormie, une mère que ses enfants doivent préserver et qui ne peut agir directement pour les aider. Nuit, Tempête et Forgeron sont quant à eux méprisés comme étant des forces corruptrices et qui cherchent à entraver les libertés inhérentes à la nature.
Dernière modification par Kaer Nunnos le 17 févr. 2019, 10:41, modifié 3 fois.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 14 févr. 2019, 15:32

Non, mais quel idiot ! J'ai modifié mon article sur les centaures Arolaves et Septentrionaux, et bien sûr je n'avais pas fait de copie !

Damnation !

Dernier "article" promis (bon, peut-être pas, mais pour l'instant c'est le dernier !)

La vie des Centaures de Lothrienne
Place politique
Les tribus qui forment le Conclave de Fer sont les plus anciennes à avoir quittées le Kaan. De ce fait, elles ont profondément divergées des autres Centaures, ce qui est plus qu'apparent dans leur relation avec les seigneurs de Lothrienne. Depuis leur entrée sur ces terres, les Centaures de Fer ont en effet été en conflit avec les druides Lothriens en raison de l'importance originelle des sorciers dans leurs rangs. De ce fait, la majeure partie de ce peuple a longtemps vécu sinon coupé des maîtres du pays, du moins dans une relative isolation. Les choses ont cependant grandement changées depuis la montée en puissance de l'Eglise de l'Etoile.

Cette religion s'est en effet répandue comme une trainée de poudre parmi les douze tribus, au grand dam de certains Centaures conservateurs. Aujourd'hui, les deux tiers des Centaures de Fer suivent les dogmes de l'Eglise, sans pour autant entrer en conflit ou chercher à convertir de force leurs frères et sœurs encore païens. Ce bouleversement religieux a été suivi d'un changement tout aussi important dans leurs relations avec les humains locaux. En effet, la vaillance et la férocité au combat des Centaures du Conclave de Fer sont proverbiales jusque dans les Drakenbergen du Nord et les provinces occidentales d'Arolavie.

De ce fait, nombre de seigneurs et l'Eglise de l'Etoile elle-même ont forgées des pactes avec les Douze Tribus, les intégrant de fait dans la vie politique du royaume, en reconnaissant leurs droits à nomadiser, un certain nombre de pratiques ancestrales devenues des privilèges (telle que l'exemption de certaines taxes et monopoles seigneuriaux) en échange d'aide pour combattre les infidèles leurs maîtres druides. Nombre de compagnies mercenaires et troupes ecclésiastiques contiennent à présent des guerriers et chasseurs centaures.

L'élévation de Framehilde au rang nobiliaire de baronne de Morne Plaine a également profondément changer la situation. Pour la première fois, une seigneurie est passée sous la domination d'une non-humaine dans ce royaume. Certains des plus conservateurs, tant parmi la populace que la noblesse, s'insurgent violemment contre cet état de fait, mais les talents de stratège, guerrière et diplomate de la jeune baronne lui ont permis de cimenter ses appuis. Aujourd'hui, un petit nombre de seigneurs sans héritiers directs et peu désireux de voir leurs biens passer entre les mains d'une famille éloignée, voire de leurs seigneurs liges, semblent prêts à adopter de jeunes centaures afin de les préparer à leur noble futur.

La maîtrise de la forge et les sans-tribus
Le surnom de Centaure de Fer apposé aux membres des Douze Tribus n'est pas que symbolique. De tous les centaures, ils sont les plus petits et râblés, mais ils compensent cette différence de taille par des muscles impressionnants et des armures de fer particulièrement lourdes. Culturellement, les centaures Lothriens ont depuis longtemps préféré une défense solide à des fuites éperdues. Repoussées de plusieurs terres où elles se croyaient en sûreté, ces tribus refusent à présent d'abandonner leurs foyers et préfèrent se battre sabot à sabot contre l'envahisseur.

Cette maitrise de la forge est un don des Nains des Drakenbergen, avec qui les tribus du Conclave entretiennent des liens d'amitiés millénaires. Ce sont les forteresses naines qui ont sauvées les tribus de l'extinction lorsque les Centaures de Chêne les ont chassées de leurs pâtures d'Arolavie à l'époque de la première Horde. Les Nains demeurent d'ailleurs la première source de fer et de charbon des Centaures Lothriens, même si certaines bourgades de ce royaume froid et maussade les fournissent également depuis quelques années. Si leur foi en l'Etoile est forte, les tribus répondent toujours présentes pour payer leur dette aux nains en cas de besoin.

Une tradition propre aux Douze Tribus est l'abandon d'enfant non désirés. La vie a toujours été rudes pour ceux qui ont refusés de se soumettre au premier Ustva-che, et elle n'est devenue que plus difficile en Lothrienne, un pays qui se porte peu au mode de vie traditionnel des centaures. De ce fait, ces tribus sont les plus petites de leur peuple, ne représentant guère plus qu'un cinquième de la population de Centaures de la seule Arolavie. Face au manque de ressources, les jeunes Centaures tombant enceinte trop promptement, alors que la tribu est encore trop populeuse, font face à un choix terrible : l'exil ou l'abandon du nouveau-né dans un village humain.

La plupart choisissent de rester auprès des leurs, laissant le bébé à peine venu au monde aux soins de villageois ou paysans souvent perdus. Si beaucoup de ces jeunes ne survivent pas à leur première semaine, certains parviennent à s'accrocher à la vie. Nombre de fermes de Lothrienne et de petits bourgs accueillent ces Centaures sans tribus, qui se réunissent souvent en petits groupes, formant des familles soudées et extrêmement attentionnées envers les humains qui les ont recueillis. Si tous ne deviennent pas aussi célèbres que Framehilde la Vaillante, il n'en reste pas moins qu'en Lothrienne, lorsque l'on dit, lorsque quelqu'un a eu une chance incroyable qui l'a enrichit, qu'il a "trouvé un centaure sur son pas de porte".

Culture et religion
La foi en l'Etoile a Cinq Branches est devenue la religion majoritaire des Centaures de Fer. Il s'agit là d'un changement relativement récent, introduit en premier lieu par les contacts entre centaures des tribus et ceux recueillis par les hommes. Au-delà des douleurs et difficultés que ces derniers ont pu ressentir, ils ont su convertir nombre de ceux qui les avaient abandonnés à leur foi. La religion de ces centaures est particulièrement émouvante, se concentrant sur la grâce, la possibilité de rédemption et d'être sauvé par la croyance en les divinités de l'Etoile.

L'amour immodéré des Centaures pour le chant a évidemment marqué leur dévotion. Aujourd'hui, la majorité des chants et fêtes des Centaures de Fer ressemblent à des processions religieuses ou des cantiques sont chantés à pleine voix dans les terres sauvages. Nombre de Lothriens humains, entendant ces chants, les trouvent particulièrement émouvant, et certains affirment même avoir abandonnés leurs anciennes croyances pour rejoindre l'Etoile après avoir croisé des centaures récitant leurs cantiques, alors que les lueurs du soleil couchant embrasaient les cieux.

L'acceptation de l'Eglise de l'Etoile fut une chose aisée pour les centaures de Lothrienne, dans la mesure où les dieux qu'ils vénèrent sont exactement les mêmes. Flore (Friga), Givreuse (Häl), Mort (Siofn), Façonneur (Baltr) et Forgeron (Mëmir) sont en effet les divinités tutélaires traditionnelles des Douze Tribus. Nuit (Nott) et Tempête (Sörtr) sont en effet méprisés voire considérés comme de faux dieux par ces tribus, alors qu'Eana est respectée mais non priée. Il a donc été relativement aisé pour l'Eglise de l'Etoile de s'imposer sur les Centaures de Fer, d'autant plus qu'accepter la religion locale ascendante leur a permis de cesser de subir nombre de dégradations et tensions.

Le seul élément de la culture centaure avec lequel l'Eglise semble quelque peu gêné est leur amour immodéré des fortes bières. les membres des Dozue Tribus sont en effet réputés pour brasser une bière sombre, amère et particulièrement puissante. Cet passion pour les alcools forts se retrouve même chez les centaures sans tribus. Certaines mauvaises langues prétendent ainsi que Framehilde n'aurait obtenue son titre de baronne qu'après avoir défié et fait rouler sous la table ceux qui pouvaient lui accorder ce titre.

Avatar de l’utilisateur
NainPaladin
Messages : 345
Inscription : 31 mars 2016, 16:11
Localisation : Paris

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par NainPaladin » 16 févr. 2019, 09:32

Salut, ça bosse dur ! Cool 8-)

Je te conseille de lire :
https://dragons-jdr.blogspot.com/2018/1 ... -fees.html

https://dragons-jdr.blogspot.com/2018/0 ... is-de.html

https://dragons-jdr.blogspot.com/2016/0 ... faune.html

https://dragons-jdr.blogspot.com/2018/0 ... ancre.html

https://dragons-jdr.blogspot.com/2017/0 ... jinns.html

Si tu veux en savoir plus sur les fées et leurs domaines et leurs ennemis.

Il serait intéressant de savoir pourquoi un centaure part à l'aventure. Je vous quelques pistes :
- esclave/gladiateur/bête de foire : capturé jeune/alcoolique (ça risque de coûter cher)/déprimé il vie en dehors des royaumes féeriques, ne les connait pas... Mais un jour/nuit il découvre/rêve et part à l'aventure
- le messager/ambassadeur/contributeur envoyé par un royaume féérique pour combattre/investiguer/prévenir avec les autres peuples une menace.
- l'éclaireur/marchant qui décide de passer un hiver en dehors du royaume féerique, mais sous les tropiques.
- le banni qui ose dire que l'on peut négocier avec les humains qui détruisent la forêt. T'as qu'à aller leur dire.
- le vieux sage qui vient étudier les autres civilisations.

A+,
Le nain.
Les Ombres d'Esteren - 0. Prologue - p. 16 : Il est tout à fait possible de réfléchir beaucoup tout en étant sot ; chose plus commune qu’on ne le pense.

Kaer Nunnos
Messages : 57
Inscription : 19 mars 2017, 21:15

Re: Vie et moeurs des Centaures - Non canon

par Kaer Nunnos » 17 févr. 2019, 12:10

J'avais oublié les djinns tiens !

En tout cas, si (quand) je partirais vraiment sur la nature féérique des Centaures, je crois que je les ferais principalement appartenir aux Cours du Printemps et de l’Été, vu qu'ils sont souvent assez spontanés et impulsifs, tout en étant potentiellement sympathiques d'après leur description sur le blog.

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Nous sommes le 25 août 2019, 08:45